Manger bio, oui, mais boire bio, le faites-vous également? Quelles sont les promesses santé, environnementales et gustatives que portent les vins biologiques, biodynamiques et natures, et qu’est-ce qui les différencie? Ces questions de consommateur responsable m’ont souvent traversé l’esprit, je pense qu’à vous aussi, tâchons d’y voir clair.

Cet article vous est proposé grâce au soutien de PinotBleu. pinotbleu.com est un site de vente en ligne spécialisé dans le vin bio. Il ne référence que des vins d’appellation produits par des vignerons indépendants qui travaillent en bio ou biodynamie, sous label AB, Demeter, Haute Valeur Environnementale ou Terra Vitis.

Les vins proposés sur pinotbleu.com sont dégustés par des sommeliers, puis des dégustateurs à l’aveugle pour s’assurer qu’en plus de promouvoir le travail d’une petite exploitation bio, PinotBleu ne vous propose que des vins vraiment bons.

En réponse à l’offre pléthorique et non guidée des grandes surfaces, les fondateurs de PinotBleu ont choisi de limiter les références en vente sur leur site à un petit nombre: « Notre but est de proposer le moins de vins possible, mais des vins dont on est sûrs du goût », explique Thomas Lemasle, co-fondateur.

Deux possibilités s’offrent à vous sur PinotBleu: constituer votre sélection de 6 bouteilles, ou souscrire à une box mensuelle qui vous permettra de découvrir 2 vins d’une même appellation, le tout livré en 24 heures. Le site est frais et beau, il dépoussière gaiement l’image du vin bio, mais surtout il nous permet d’avoir un site, un lieu de référence où l’on est sûr de pouvoir acheter en confiance du bio et du bon.

pourquoi il faut boire des vins biodynamiques et natures - jedeviensecolo.fr

4 bonnes raisons de se mettre aux vins bio, biodynamiques et natures

→ Repères lexicaux

Pour être sûrs de parler de la même chose, entendons-nous sur les définitions des termes que vous croiserez tout au long de cet article (voir sources en bas de page pour plus de détails).

Vin conventionnel / traditionnel :

Vin issu d’un mode de culture incluant l’utilisation de pesticides (fongicides, herbicides et insecticides).

Vin biologique (bio) :

Appellation réglementée. Vin issu d’un mode de culture excluant l’utilisation des pesticides, mais aussi des engrais chimiques. Le cuivre remplace les traitements chimiques à la vigne. Des additifs sont autorisés à la cave pour la vinification (dont : ajout de tanins, acidifiant, copeaux de bois et levures exogènes qui accélèrent la fermentation).

Vin biodynamique :

Les bases de la culture en biodynamie ont été données en 1924 par le philosophe Steiner dans un cycle de conférences qui répondait à l’appel des agriculteurs se plaignant alors d’une baisse dans la qualité des récoltes. L’Autrichien a pris en compte toute la biodiversité et a intégré le calendrier lunaire à cette logique de culture.

La biodynamie est une démarche non réglementée qui se caractérise par des interventions de l’homme sur la vigne uniquement au travers de préparations à base de plantes (orties, huiles essentielles, compost…) et dont le rythme est dicté par la Lune. Ce mode de fonctionnement ésotérique et holistique (à l’échelle de la Terre) vise à redonner de la vie au sol, renforcer les plantes pour qu’elles ne tombent pas malades, drainer et aérer le sol pour que les vignes elles-mêmes donnent des raisins meilleurs et aux arômes plus complexes.

Vin nature / naturel :

La travail à la vigne se rapproche de celui pratiqué en bio et biodynamie, c’est à la cave que cela varie. Les vins naturels ne subissent quasiment pas d’intervention de l’homme. Seules les levures indigènes présentes sur la peau des raisins sont utilisées pour la fermentation.

En nature, il n’existe pas de label ni de cahier des charges pour encadrer les pratiques, les vignerons s’engagent avant tout dans un démarche personnelle pour le respect de la biodiversité, de l’environnement et pour le goût du vin. Enfin, les vins ne sont pas collés (méthode utilisée pour faciliter la filtration avant mise en bouteille) d’où le fait qu’ils soient troubles ou que l’on trouve des cristaux de tartre dans le fond de la bouteille.

pourquoi il faut boire des vins biodynamiques et natures - jedeviensecolo.fr

Raison n°1 : pour l'environnement

Le cycle de vie des pesticides de synthèse est long. Issus du pétrole, ils sont pulvérisés dans les vignes à différentes phases de la culture. Les pluies entraînent avec elles les résidus de ces pesticides jusque dans les cours d’eau. Le cycle de l’eau inclut bien sûr la faune marine qui ingère ces produits chimiques, mais aussi nous, humains, qui buvons une eau loin d’être pure.

« Les cours d’eau, plus vulnérables car directement exposés, sont plus marqués par cette pollution avec 53 % de la superficie nationale en dépassement de la concentration de 0,1 µg/l, norme « eau potable » pour une substance. La contamination superficielle prend, pour des nombreuses parties du territoire, plusieurs années avant d’être visible dans les eaux souterraines ; ainsi, en 2014, 31 % du territoire des eaux souterraines dépasse la norme « eau potable » pour un pesticide. »

Ministère de la Transition écologique et solidaire (lien vers l’article).

Tous ces produits sont aussi soupçonnés d’être responsables de la raréfaction des abeilles, des oiseaux, en un mot, de la baisse de la biodiversité. La France est le premier consommateur européen de pesticides et comme on a pu le découvrir en 2016 grâce au documentaire de France 2 Cash Investigation « Produits chimiques : nos enfants en danger » (lien vers le documentaire en notes de bas de page).

pourquoi il faut boire des vins biodynamiques et natures - jedeviensecolo.fr
Vendanges à la main.

Raison n°2 : pour notre santé et celle des viticulteurs

Savez-vous ce que représente le secteur viticole français pour l’industrie des pesticides? 20% du marché agricole. Autrement dit, 20% des pesticides utilisés en France par des agriculteurs partent dans la culture des vignes.

Quand ces aides chimiques sont apparues après guerre, il s’agissait de lutter contre les maladies pour accroître les rendements et nourrir la population. Les volumes autorisés à l’hectare ont progressivement diminué, les vignerons ont été appelés à la vigilance, jusqu’à porter des tenues et masques de protection quand ils pulvérisent dans les vignes.

En 2013, L’Inserm a publié une étude d’analyse sur l’exposition aux pesticides et la survenue de pathologies (voir notes de bas de page) qui détaille selon les types de population et d’exposition, quelles sont les maladies les plus souvent rencontrées.

Choisir des vins cultivés sans pesticide c’est donc soutenir le choix de ces vignerons à ne pas utiliser de probables produits cancérigènes dans leur quotidien.


Le cas d’école

Paul François est céréalier en Charente. En 2015 il gagne devant la Cour d’Appel de Lyon son procès contre Monsanto pour « avoir failli à son obligation générale d’information pour n’avoir pas respecté les règles en matière d’emballage et d’étiquetage des produits ». Dans les faits, la vie de cet agriculteur a changé après avoir inhalé trop de vapeurs toxiques d’un pesticide : maux de têtes, pertes de connaissances, comas, hospitalisations successives, jusqu’à lui découvrir une défaillance cérébrale et des lésions au cerveau.

Cette victoire judiciaire est une première historique qui ouvre la voie à d’autres agriculteurs et viticulteurs dont les maux pourraient être reconnus comme découlant d’une utilisation mal maîtrisée des pesticides.

pourquoi il faut boire des vins biodynamiques et natures - jedeviensecolo.fr

Raison n°3 : pour le goût du vin

Vous vous demandez peut-être pourquoi je liste le goût parmi les bonnes raisons de passer au bio. Le vin bio a-t-il un goût différent du vin conventionnel? 

Il faut croire que oui, et en la matière, les biodynamiques et natures tirent leur épingle du jeu. De fait, seuls ces deux modes de production libèrent à la fois le raisin des contraintes des intrants chimiques en vignes (aussi en bio) et des additifs à la vinification. Pour en savoir plus, je suis allée interroger un palais averti qui connait très bien le travail des vignerons indépendants. David Torelli a 30 ans et propose dans son restaurant et cave à vins toulousain Les Passionnés uniquement des vins biodynamiques et naturels.

« La première grosse différence entre biodynamie et traditionnel se situe à la vigne. Le but n°1 de la biodynamie est d’avoir un sol vivant, des raisins sains, des vignes dont les racines vont descendre loin pour puiser les meilleurs minéraux. La viticulture traditionnelle utilise des pesticides et insecticides qui vont emprisonner les arômes des vins. On obtient des vins qui se ressemblent tous, avec moins de qualités organoleptiques, moins d’expression, moins de fraîcheur et d’élégance en bouche… »

« En nature et biodynamie, le vigneron travaille un sol vivant et sain, les raisins sont de meilleur qualité, ils peuvent donc faire de meilleurs vins. On retrouve des arômes qu’on n’avait plus depuis plusieurs décennies. Pour un non initié, cela peut choquer car il est en dehors de ses repères. Mais il ne faut pas hésiter à travailler son palais avec ces vins qui ont plus de finesse, de complexité, d’arômes, et qui sont aussi plus faciles à boire ».

pourquoi il faut boire des vins biodynamiques et natures - jedeviensecolo.fr
pourquoi il faut boire des vins biodynamiques et natures - jedeviensecolo.fr

Raison n°4 : pour les emplois et l'impact sociétal

L’abandon des produits chimiques pour contrôler la pousse des mauvaises herbes, prévenir le développement du mildiou, d’une maladie ou d’un ravageur, cela oblige à passer plus souvent dans les vignes pour effeuiller et surveiller la bonne santé des plants. Les plus petits domaines travaillent le plus souvent en famille, les domaines avec de plus grandes surfaces peuvent eux se permettre de créer de nouveaux emplois.

Caroline Artaud a rejoint le Château Fourcas Hosten, 40 hectares de vignes dans le bordelais, en 2010. La directrice technique a impulsé la réduction des produits chimiques, supprimant les produits cancérigènes et mutagènes en premier. Petit à petit se sont instaurées des pratiques bio qui tendent même à convertir le domaine en biodynamie :

« Nous sommes allés progressivement vers le bio à partir de 2012 sans jamais revenir en arrière sur nos choix. La culture bio nous a permis de créer un emploi supplémentaire de tractoriste (pour passer entre les rangs avec un tracteur qui désherbe mécaniquement). On prend également plus de saisonniers pour vendanger à la main ».

« La bio est un mode de culture qui exige plus de présence à la vigne, plus de travail manuel, même si le cahier des charges ne nous y contraint pas, cela nous semble naturel. Avant, on désherbait chimiquement 3 à 4 fois dans l’année, en bio on passe au tracteur puis à pieds entre 9 et 12 fois dans l’année. C’est beaucoup plus physique car les raisins cultivés sans engrais ni traitement chimiques sont plus fragiles et nécessitent toute notre attention ».

« On convertit petit à petit les parcelles à la biodynamie, en nous appuyant sur les conseils d’un consultant extérieur. L’équipe de vignerons va à tour de rôle au petit matin ou à la nuit tombée épandre de la corne de bouse sur 16 hectares, par exemple. On y passe tellement de temps qu’on est heureux à la fin de l’année de poursuivre le travail en vendangeant à la main ».

Après plusieurs vendanges en agriculture bio, le Château a demandé sa certification en 2017 et l’obtiendra en 2020 pour les blancs et 2021 pour les rouges.

Sources et notes de bas de page :

  • Présentation de la biodynamie, sur www.bio-dynamie.org/biodynamie/presentation/
  • Quelles différences entre bio, biodynamique et nature : www.carnetdevins.fr/guide-vin-naturel/difference-bio-biodynamie-naturel/
  • La réglementation des vins biologiques : www.vignevin-sudouest.com/publications/fiches-pratiques/vinification-biologique.php
  • L’engagement d’un vigneron pour le vin naturel : www.vinidivignaioli.fr/
  • Cash Investigation – Produits chimiques : nos enfants en danger www.youtube.com/watch?v=bOSVKfmFusg
  • Étude de l’Inserm sur l’impact des pesticides sur la santé www.ipubli.inserm.fr/bitstream/handle/10608/4820/?sequence=100
  • Le combat de Paul François contre Monsanto : sur le site de Libération
  • Les Passionnés, Cave à vins : www.lespassionnes-toulouse.com/
  • Château Fourcas Hosten www.fourcas-hosten.com/

Quel amateur ou amatrice de vin êtes-vous ?

Aimez-vous les vins biodynamiques ou natures ?


Lucie Paimblanc

Blogueuse engagée et gourmande. Journaliste touche-à-tout. Auteure de ce blog bienveillant qui t'aide à devenir écolo et réduire tes déchets sans douleur.

Cela pourrait vous intéresser

Privacy Preference Center