Les Laboratoires Expanscience sont moins connus du grand public que leurs deux marques phares, Mustela et Piasclédine 300. L’entreprise française a engagé une démarche de développement durable en 2004, attestée depuis par 12 reconnaissances. En plus de réduire son impact sur l’environnement, cette évolution lui permet de s’inscrire dans la durée comme laboratoire dermo-cosmétique et pharmaceutique innovant et responsable. 

Changement climatique : le rôle essentiel des entreprises

Le réchauffement climatique est un fait. Pas une journée ne commence sans la publication d’un nouvel article faisant état de la situation alarmante : les îles du Pacifique qui subissent la montée des eaux, les cyclones et tornades qui sont de plus en plus longs et violents, la biodiversité qui s’amoindrit à pas de course, les forêts primaires que l’on abat pour planter des céréales en monoculture… Ces sujets d’inquiétude ne sont heureusement pas sans solution. Et si les citoyens peuvent faire leur part en consommant local, de saison, en réduisant leurs déchets et en limitant leurs déplacements en voiture, les entreprises ont elles aussi un rôle fondamental à jouer dans la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre (1) responsables du réchauffement de la Terre. Une entreprise qui fait le choix du durable prend ses responsabilités face à l’environnement et aux citoyens et pérennise ainsi son activité. Certaines l’ont compris bien avant l’accord de Paris (2) qui, en 2015, a convaincu de nombreux acteurs de l’économie mondiale de se mettre au vert. Les Laboratoires Expanscience ont mis le pied à l’étrier en 2004 en signant le Pacte mondial (3) des Nations Unies qui donne dix axes d’évolution aux signataires selon des critères écologiques et humains.

Expanscience, une entreprise familiale engagée pour le bien-être avec son programme Better Living

Expanscience est un laboratoire français créé en 1950 par un pharmacien, Claude Guillon, et un industriel, Paul Berthomé. Leur ambition : formuler des produits d’hygiène dermatologique conçus selon des méthodes pharmaceutiques qui assurent qualité et sécurité aux consommateurs. Soixante ans plus tard, le fils du cofondateur, Jean-Paul Berthomé, dirige cette entreprise de près de mille salariés, qui réalise la moitié de son chiffre d’affaire à l’international, avec une conviction : le développement d’une entreprise n’a pas à se faire au détriment de la nature, mais peut contribuer au bien-être des consommateurs comme de ses salariés. En 1982, Expanscience fait figure de pionnier en créant la Fondation Mustela qui soutient les recherches et projets sur le développement de l’enfant et sur la parentalité pour une meilleure qualité de vie. Vingt-deux ans plus tard, le président d’Expanscience intègre la responsabilité sociétale d’entreprise (RSE) et rend publiques les évolutions.


« On ne peut pas perdurer si on n’a pas anticipé tous ces changements sociétaux et environnementaux. »

Karen Lemasson, Directrice RSE chez Expanscience.


Les salariés acteurs du changement

En 2009, Karen Lemasson prend les rênes du service RSE chez Expanscience. « La responsabilité sociétale d’entreprise, c’est comment j’intègre l’environnement, l’économique, le social et l’ancrage territorial dans toutes mes activités, et quels produits l’entreprise peut ainsi proposer », définit-elle. C’est une gymnastique de fonctionnement en interne qui nécessite « d’impliquer toutes les directions, les salariés deviennent acteurs de la démarche. On a des « activateurs RSE » dans chaque direction qui ont pour rôle de pousser les équipes à trouver de nouvelles solutions », explique Karen Lemasson. « La RSE est un sujet passionnant, qui donne du sens au travail. Au début de la RSE, les gens étaient dubitatifs quant au bien fondé de la démarche des entreprises, mais le monde a changé et nous nous devons d’être transparents et factuels sur nos progrès et nos engagements. Quand on fait du « green washing », le retour de bâton est rapide ! », assure la directrice du service. Et même si les nouvelles entreprises très engagées pour l’environnement attirent des consommateurs en quête de sens dans leurs achats, Karen Lemasson aime à penser que « les entreprises plus historiques ne sont pas toutes du mauvais côté, et les nouvelles toutes parfaites. L’important est de s’ouvrir et d’entendre les critiques. » Pour répondre le plus justement aux exigences de leurs consommateurs, les Laboratoires Expanscience ont intégré un dialogue avec toutes leurs parties prenantes, allant des distributeurs aux utilisateurs, qui permet de comprendre les contraintes des uns et des autres. C’est grâce à ce dialogue qu’ils ont fait évoluer leur façon d’accompagner les patients arthrosiques ainsi que leur marque Mustela.

Mustela : les produits dermo-cosmétiques pour bébé aux ingrédients d’origine naturelle

Petit à petit, la responsabilité sociétale d’entreprise a été intégrée à la stratégie d’Expanscience, et notamment pour sa célèbre marque Mustela qui propose une gamme de produits dermo-cosmétiques pour bébés et femmes enceintes, en vente uniquement en pharmacies et parapharmacies. Karen Lemasson raconte l’importance de la RSE dans la recherche et le développement des produits Mustela. « La RSE consiste à nous améliorer dans sept étapes clés : la traçabilité des matières premières, la conception et recherche, la production, l’emballage, le transport, l’utilisation et la fin de vie du produit, car notre responsabilité ne s’arrête pas à la sortie de nos usines. Les gammes Mustela Bébé Enfant Peau normale et Peau sèche contiennent aujourd’hui 95% d’ingrédients d’origine naturelle en moyenne et notre liniment est même à un taux de 99% (4). Tous nos flacons sont recyclables depuis 2007, nos formules lavantes moussantes sont biodégradables, on a aussi retiré toutes nos notices depuis des années -elles sont disponibles sur notre site internet. Sur les quelques emballages restants, les impressions  sont réalisées recto-verso sur du papier labellisé FSC ou PEFC avec une encre à base d’huiles végétales. Enfin, nous travaillons sur le transport de ces produits et nous sensibilisons nos consommateurs sur les réseaux sociaux pour leur rappeler de trier et de recycler. » Année après année, Expanscience cherche à améliorer l’impact environnemental des sept maillons de cette chaîne de consommation. L’entreprise est dans une démarche de progrès continu, en se remettant sans cesse en question, et en se fixant des objectifs à moyen terme, ambitieux et motivants.

La traçabilité sous contrôle

En 2011, Expanscience adhère à l’Union pour le BioCommerce Éthique, une association internationale à but non lucratif pour la préservation de la biodiversité et le respect des règles du commerce éthique. Au Pérou, Expanscience a acquis une société locale, fournisseur de matières premières d’origine végétale et doit respecter des critères de prix justes et équitables, paiement immédiat des producteurs, dialogue avec les producteurs, acte d’achat permettant de lutter efficacement contre la déforestation ou l’érosion des sols, protection de la biodiversité locale, appui et formation des producteurs aux bonnes pratiques agricoles (cultures, récoltes) et un engagement économique sur le long terme (5). L’Union pour le BioCommerce Éthique contrôle auprès de la société péruvienne que ces critères sont effectivement respectés.

La RSE, un enjeu d'avenir pour Expanscience

« On sait pourquoi on fait de la RSE. Au fil des années, cette politique s’est intégrée dans notre stratégie et nos valeurs », se félicite la directrice RSE d’Expanscience. Le centre de R&D et le site de production de l’entreprise sont installés à Épernon dans l’Eure-et-Loir. Expanscience a relevé plusieurs défis écologiques et sociaux depuis 2010 en se fixant deux échéances. Au terme d’un sondage de ses parties prenantes (consommateurs, professionnels de santé, usine, salariés, etc.), l’entreprise prend en 2010 des engagements à concrétiser sur cinq ans :

• 100% des nouveaux produits dermo-cosmétiques Mustela et Noviderm éco-conçus

• réduction de l’impact environnemental de Piasclédine 300

• réduction de 20% des consommations d’eau, d’électricité, de gaz et de la production de déchets sur le site d’Épernon pour 100 unités produites

• réduction de 20% des émissions de gaz à effets de serre (versus 2008)

• 100% du programme Qualité de vie au travail réalisé.

• réduction de 25% des émissions de gaz à effet de serre (hors sourcing des matières premières et hors activité de distribution des filiales) versus 2008.

Karen Lemasson, la directrice RSE, explique que « ces défis paraissaient impossibles à relever, pourtant nous l’avons fait, certains avec plus de facilité que d’autres, mais cela nous a motivés à poursuivre nos efforts. » En 2015, la direction d’Expanscience fixe de nouveaux engagements pour 2020, regroupés sous le nom de Better Living Program.

Better Living Program, les engagements d’Expanscience

Le Better Living Program couvre pas moins de 31 objectifs qui ont pour but d’apporter un mieux-vivre aux consommateurs, patients, collaborateurs, professionnels de santés, fournisseurs, etc. Cette feuille de route avec 2020 pour horizon se dessine selon trois grands engagements : innover de manière responsable et collaborative, progresser avec sa communauté, et prendre soin des clients et de leur environnement. On retrouve notamment les objectifs suivants :

• la réduction de 50% de la consommation d’eau,*

• la réduction de 50% de la consommation de gaz,*

• la réduction de 30% de la consommation d’électricité,*

• la diminution par deux de la production de déchets,*

• 100% des actifs d’origine végétale proviendront d’une filière aux impacts environnementaux et sociaux maîtrisés,

• 100% des innovations intègreront des critères de santé et d’efficacité ainsi que des critères liés à l’environnement et au développement local,

• déployer la politique de Responsabilité Sociétale dans 100% de leurs filiales et l’incarneront à travers la marque Mustela partout dans le monde,

• renforcer la politique de développement des compétences en interne.

*Pour 100 unités produites, par rapport à 2010.

Expanscience est l’exemple d’une entreprise française bien implantée sur le territoire, connue du grand public, mais qui doit faire face aux évolutions de consommation et aux exigences gouvernementales pour le climat. Elle a compris le double objectif de la démarche RSE : évoluer en accord avec son époque (qui nécessite d’avoir une démarche environnementale plus la vertueuse possible), les exigences des consommateurs, et réaliser des économies sur le long terme. L’écologie peut servir les intérêts de la planète comme de ceux qui la font tourner.

Notes

1. Les gaz à effet de serre réchauffent la Terre en piégeant la chaleur solaire renvoyée par le sol (phénomène similaire à ce qu’il se passe dans une serre).

2. L’accord de Paris pour le climat a été signé en 2015 par 196 pays et l’Union européenne au terme de la COP 21. Tous les signataires doivent réduire les émissions de gaz à effet de serre avec pour objectif de ne pas dépasser la barre des 2°C de réchauffement par rapport à l’ère préindustrielle. http://accord-de-paris.com/

3. Le Pacte mondial a été lancé en 2000 par les Nations Unies pour inviter les entreprises, les associations et les organisations non-gouvernementales à se déclarer volontaires pour répondre aux dix principes du Pacte, lesquels touchent aux droits de l’Homme, aux normes du travail, à l’environnement et à la lutte contre la corruption. Liste complète sur le site de Global Compact France.

4. Retrouvez la liste des ingrédients par produit sur le site de Mustela.

5. Source http://www.expanscience.com/sites/default/files/expanscience_approvisionnements-responsables_commmunique-presse_190916_0.pdf

Article sponsorisé par les Laboratoires Expanscience.


Lucie Paimblanc

Blogueuse engagée et gourmande. Journaliste touche-à-tout. Auteure de ce blog bienveillant qui t'aide à devenir écolo et réduire tes déchets sans douleur.

Cela pourrait vous intéresser