Contre la déforestation et pour une gestion responsable et durable des forêts du monde, l’association FSC International a été créée en 1994. Son levier : faire labelliser un maximum d’acteurs de la filière bois et inciter les consommateurs à faire des choix éclairés. FSC France fêtait ses 10 ans en 2017, l’occasion de s’intéresser aux actions de l’association pour mieux comprendre son rôle, et pourquoi pas, changer nos habitudes d’achat. 

Qu’est-ce que la gestion durable et responsable des forêts ?

En 1993, la désignation « gestion durable » pour une forêt a été définie à Helsinki lors de la conférence interministérielle sur la protection des forêts en Europe (source ONF) :

« La gestion durable signifie la gérance et l’utilisation des forêts et des terrains boisés, d’une manière et à une intensité telles qu’elles maintiennent leur diversité biologique, leur productivité, leur capacité de régénération, leur vitalité et leur capacité à satisfaire, actuellement et pour le futur, les fonctions écologiques, économiques et sociales pertinentes aux niveaux local, national et mondial ; et qu’elles ne causent pas de préjudices à d’autres écosystèmes. »

 

L’année suivante, FSC international était créée par des ONG environnementales (telles que Greenpeace et WWF), un groupe d’utilisateurs du bois et des représentants de droits sociaux. L’association a pour but de préserver l’environnement, valoriser l’économie de l’exploitation forestière et lutter contre l’exclusion sociale. Elle fait le relais entre tous les acteurs de la filière, permettant chaque année de convertir 13 millions d’hectares de forêts à travers le monde (donnée FSC).

En France, FSC s’attaque à trois grands enjeux : accroître le nombre de forêts certifiées, favoriser la compétitivité des industriels sur le marché européen, et sensibiliser le consommateur pour en faire un consom’acteur. J’aime beaucoup cette phrase de Sonia Troadec, la présidente de l’association FSC France : « Le consommateur joue un rôle essentiel : par ses achats, il est en effet en capacité d’orienter l’offre. Les distributeurs et les industriels s’adaptent à cette demande. » Nous avons le pouvoir.

10 ans FSC France

Les critères de certification du label FSC

Actuellement, ce sont 39 600 hectares de forêt qui sont labellisés par FSC en France, sur les 16,7 millions d’hectares qui couvrent le territoire, soit un petit 0,23%. Pour qu’une forêt obtienne le label FSC, c’est avant tout à l’exploitant forestier d’en faire la demande – donc d’en avoir l’envie.

Si tel est le cas, les pratiques de son entreprise seront soumises à l’expertise d’un organisme certificateur indépendant au regard du cahier des charges FSC qui repose sur 10 principes et critères définis pour l’international et précisé par pays selon les spécificités locales. Toute la chaîne d’approvisionnement et de transformation doit être certifiée. Exploitant forestier, scierie, négociant, usine ou fabricant, négociant, distribution ou magasin : six étapes, six maillons qui sont audités une fois par an par l’organisme certificateur.

Agir en citoyen pour le maintien des forêts primaires

Délaisser les produits issus du bois à la faveur de produits plus difficilement recyclables ou valorisables n’est pas une très bonne solution de replis face à la déforestation. Faire le choix d’un produit labellisé FSC ou PEFC (autre label pour la gestion durable des forêts) peut en revanche s’avérer un acte quotidien assez simple.

Il suffit de regarder sur l’emballage cartonné de sa brique de jus si le logo est présent, et préférer de le jus dont la brique sera certifiée. En mettant du sens dans nos achats, nous dirigeons le marché vers une meilleure prise en compte de l’environnement.

Êtes-vous attentifs aux labels pour la gestion responsable des forêts ?


Lucie Paimblanc

Blogueuse engagée et gourmande. Journaliste touche-à-tout. Auteure de ce blog bienveillant qui t'aide à devenir écolo et réduire tes déchets sans douleur.

Cela pourrait vous intéresser

Privacy Preference Center