Et si je vous disais qu’il est tout à fait possible de passer au zéro plastique pour transporter vos petits plats au chaud ou au frais ? Le Mouton givré est une très jeune entreprise française innovante qui vient révolutionner le concept même de sac isotherme en proposant un version zéro déchet et non toxique. Les deux entrepreneures ont aussi insufflé à leur projet un fort impact économique et social en choisissant de valoriser la laine française localement et en travaillant à réintroduire le chanvre en France. Rencontre avec deux cheffes d’entreprises qui font bouger les codes.

Article réalisé en partenariat rémunéré avec la belle entreprise française Le Mouton givré. Découvrez comment remplacer un objet polluant que l’on a tous chez nous par un sac stylé, écologiquement durable et socialement responsable.

le premier sac isotherme zéro plastique - jedeviensecolo.fr
Marguerite, premier sac isotherme en laine du Mouton givré

Lutter contre le 7e continent de plastique...

En 2015, des chercheurs américains ont estimé à 8,8 millions de tonnes de plastiques qui ont rejoint les océans en 2010. Un chiffre étourdissant qui ne fait que croître au rythme de la population mondiale qui augmente, de la production toujours bon train de plastique et de la mauvaise gestion des déchets.

« Nous connaissons les solutions », tente de rassurer la chercheuse Jenna Jambeck, de l’université de Géorgie lorsqu’elle exposa ces résultats dans un discours retranscrit (cf sources en bas de page), « nous devons diminuer notre production de déchets plastiques et améliorer le taux de déchets plastiques capturés et traités ».

... et valorisation de la laine française

À des milliers de kilomètres de la Géorgie, Cinthia Born observe le monde qui l’entoure. Dans le Lot comme partout ailleurs, le plastique est omniprésent. Mais, femme d’éleveur bovins, Cinthia est concernée au premier chef par la crise agricole contemporaine : des éleveurs et agriculteurs sous-payés ou qui travaillent à perte. Autour d’elle, les éleveurs de brebis caussenardes (la race endémique du Lot) lui expliquent : « ils payent 1,20€ pour faire tondre une brebis qui donne 2 kg de laine mais il ne gagnent que 30 centimes par kilo de laine », me rapporte-t-elle.

Mais alors, quel est le lien entre des éleveurs français sous-payés pour leur production de laine, la pollution des océans par le plastique, et Cinthia Born ? Réponse : un sac isotherme écologique et responsable. Je vous explique tout en détails.

le premier sac isotherme zéro plastique - jedeviensecolo.fr
J'ai mon sac isotherme chic et naturel pour les sorties pique-nique

Le Mouton givré : seul sac isotherme zéro plastique

Cinthia est un sacré bout de femme. Couturière, entrepreneure et maman, son regard éveillé sur un monde en crise l’a menée à créer une entreprise qui fait sens. Le Mouton givré est né d’une envie multiple : valoriser la laine française produite par les petits éleveurs, ceux qui ont le plus de mal à la vendre, et lutter contre la pollution plastique en offrant une alternative durable à un objet du quotidien dont les composants -dont le polyuréthane (lire plus bas)- polluent notre environnement

Autour d’elle, l’idée plait et circule. Cinthia parle de son projet à Élodie Medebos, costumière de théâtre, spécialiste de la teinture végétale et grande amoureuse des matières naturelles. Ensemble elles travaillent le premier prototype de sac isotherme en matières naturelles et présentent en mai 2019 le projet à un jury d’entrepreneurs lors du concours « La start-up est dans le pré » en Aveyron (département voisin), qu’elles remportent haut-la-main.

L'association de deux femmes entrepreneures

De cette belle réussite, les deux mompreneurs décident de s’associer et de lancer officiellement le Mouton givré. Élodie insuffle au projet son amour du travail soigné et sa fine connaissance des matières naturelles.

« Déjà dans mon travail de costumière de théâtre, j’essayais de me passer des matières synthétiques, avec le Mouton givré je me fais plaisir à travailler le chanvre et la laine dans une quête d’esthétisme et de l’épure. Nous avons mis au point des sacs au design sobre et chic qui vont aussi bien convenir à un homme qu’une femme », explique Élodie Medebos.

Son rêve pour l’avenir du Mouton givré ? « Je suis passionnée de teinture végétale depuis des années. J’aimerais beaucoup que l’on puisse proposer des sacs colorés grâce à une teinture réalisée à partir de nos plantes locales ».

le premier sac isotherme zéro plastique - jedeviensecolo.fr
Elodie et Cinthia, photo Le Mouton givré

Le premier sac isotherme 100% naturel en laine française et chanvre

Les deux jeunes femmes ont de l’énergie à revendre. En 2019, elles lancent bon train leur campagne de financement participatif pour vendre leur premier modèle de sac. Marguerite s’arrache comme des petits pains, à tel point qu’il leur faudra coudre jour et nuit pour assurer les livraisons avant Noël !

→ Focus sur le sac isotherme Marguerite

Le petit sac isotherme Marguerite a été créé pour répondre à un besoin quotidien pour de nombreux Français : transporter leur déjeuner au travail. Compact et sobre, il est pratique et convient aussi bien aux femmes qu’aux hommes.

Pour conserver vos bons petits plats au frais, vous pouvez soit les y insérer le matin après qu’ils ont passé la nuit dans le frigo, ou bien ajouter un pain de glace. Vous pouvez sinon réchauffer votre plat, le mettre dans un plat en verre et le ranger dans le sac isotherme. Le froid comme le chaud sont maintenus durant 6 heures.

Le week-end, il vous servira à acheter vos produits frais sur le marché, par exemple !

Marguerite, le sac isotherme idéal pour transporter son déjeuner

le premier sac isotherme zéro plastique - jedeviensecolo.fr
le premier sac isotherme zéro plastique - jedeviensecolo.fr
Découvrez les sacs Le Mouton givré ici

Sac isotherme EN plastique vs sac isotherme SANS plastique

C’était ma « grande » question aux co-fondatrices du Mouton givré : mais comment diable peut-on conserver le froid ou la chaleur dans vos sacs en fibres naturelles ?

Il faut dire qu’on ne connait que trop bien le sac isotherme en plastique, celui qu’on nous donne ou qu’on nous vend depuis des années à la caisse des supermarchés, chez les glaciers ou les moyennes surfaces spécialisées dans les produits congelés.

Carte d'identité du sac isotherme en plastique

Un sac isotherme en plastique est polluant à plusieurs niveaux : lors de sa fabrication, lors de sa vie puisque des micro-particules vont se détacher avec l’usage, et lors de sa fin de vie puisqu’il n’est pas recyclable et finira incinéré ou enfoui, s’il ne fait pas partie des déchets qui terminent dans les océans.

Le sac isotherme en plastique est composé d’une mousse de polyuréthane qui renferme un gaz, de polystyrène extrudé et de polystyrène expansé. On trouve parfois des mousses en polypropylène (cf sources).

Carte d'identité du sac isotherme sans plastique

Donc, on a d’un côté une accumulation de fines couches de matières dérivées du pétrole et de l’autre de la laine brute. Pourquoi la laine ? Car cette fibre est naturellement thermorégulatrice : elle permet les transferts d’air entre l’intérieur et l’extérieur pour maintenir une température constante.

Pour créer des sacs isothermes zéro plastique, le Mouton givré a donc misé sur de la laine feutrée, une technique qui permet d’avoir une couche dense et suffisamment épaisse de laine pour conserver la température souhaitée. Le chanvre quant à lui permet de donner une forme et un maintien au sac.

le premier sac isotherme zéro plastique - jedeviensecolo.fr
L'isolant est de la laine feutrée

Pourquoi le Mouton givré est socialement et économiquement responsable

L’un des piliers du Mouton givré est d’avoir un impact positif sur l’économie agricole en France. Les sacs sont cousus à côté de Figeac, dans une zone rurale et agricole. La laine française utilisée pour fabriquer les sacs isothermes permet de valoriser la laine délaissée par l’industrie du textile.

En effet, les fils de laine marrons, noirs et les fils trop courts qui ne peuvent être filés, ou tout simplement les éleveurs qui ont une petite récolte après tonte ne trouvent pas d’acheteurs pour leur laine, laquelle finie brûlée. Le Mouton givré s’est donné pour mission de payer à juste prix ces éleveurs et de les rendre fiers de leur métier en réalisant un objet utile et durable issu de l’économie circulaire.

Dynamiser et relocaliser les filières de la laine et du chanvre

Grâce aux matières premières nécessaires pour coudre des sacs isothermes zéro plastique, les deux associées ont pour ambition de relancer la filière du chanvre textile en France. Élodie et Cinthia expliquent leurs choix par défaut d’un chanvre en provenance de Roumanie :

« Nous voulions choisir une matière qui soit écologique dans tous les sens du terme. Or le chanvre est peu connu aujourd’hui mais il est utilisé depuis des millénaires. En France, peu de personnes cultivent la plante car les producteurs ne peuvent que vendre la fibre, pas les fleurs ni les graines, ce qui fait par conséquent gonfler le prix de la fibre. De plus, il n’y a plus de filature de chanvre en France ! C’est pour cela que la meilleure solution actuellement pour nous est le chanvre roumain, filé sur place. Mais il y a des personnes très motivées pour relancer la culture du chanvre, notamment dans le Lot », s’enthousiasment les deux fondatrices. « Notre objectif est de relancer la filière chanvre en France, de pouvoir avoir un oeil sur toute la chaîne de transformation et une maîtrise de toutes les étapes ».

80% de la laine française est transformée à l’étranger (en Chine, principalement) pour revenir en France, 10% seulement est transformée en France et 10% est jetée ou brûlée (car les petits éleveurs n’arrivent pas à la vendre).

« Pour le moment, on utilise de la laine de brebis ardéchoise qui est récoltée par une Scop. On valorise des fibres de laine courtes et de couleurs foncées, lesquelles sont normalement invendables et finissent brûlées », explique Cinthia Born. Pour le moment, la laine est lavée en Italie, mais l’étape devrait très vite pouvoir être réalisée en France, au savon de Marseille et bicarbonate. Une fois lavée, la laine est feutrée à Limoges puis découpées à Nantes avant d’être cousue en sacs dans une petite commune voisine de Figeac où est installé le Mouton givré.

J’espère que cette découverte vous a plu, inspiré ou enthousiasmé !

N’hésitez pas à partager vos réactions et questions dans les commentaires. À bientôt !

Retrouvez Le Mouton givré :

sur son site : https://lemoutongivre.com/

Suivez-les sur Instagram www.instagram.com/lemoutongivre/

et Facebook www.facebook.com/Lemoutongivre/

 

Sources mentionnées :

étude américaine sur les déchets plastiques dans les océans : https://jambeck.engr.uga.edu/landplasticinput et https://science.sciencemag.org/content/347/6223/768.full?ijkey=BXtBaPzbQgagE&keytype=ref&siteid=sci

source sur la composition des sacs isothermes : www.usinenouvelle.com/expo/guides-d-achat/chaine-du-froid-processus-isotherme-208


Lucie Paimblanc

Blogueuse engagée et gourmande. Journaliste touche-à-tout. Auteure de ce blog bienveillant qui t'aide à devenir écolo et réduire tes déchets sans douleur.

Cela pourrait vous intéresser

Privacy Preference Center