Dernière ligne droite avant le début des festivités de Noël et du nouvel an! Les fêtes de fin d’année sont une période où se mêlent convivialité et moments de bonheur, mais elles sont aussi synonymes d’impacts sur notre planète. Comment faire pour réduire ces impacts environnementaux tout en maintenant l’esprit festif de cette période si particulière? 

Cet article vous est proposé par l’Ademe Occitanie.

Les enjeux écologiques des fêtes de fin d'années

Les activités humaines engendrent des impacts sur l’environnement et les fêtes de fin d’année n’échappent pas à la règle… Bien au contraire :

  • les déplacements sont plus nombreux
  • consommation énergétique plus importante
  • achats en hausse
  • plus grande quantité de déchets
sapin de noel écolo (en écorce de bois)

Les solutions pour des fêtes de fin d'années écolos

Le sapin : naturel ou artificiel ?

 Chaque année, 5,3 millions de sapins naturels et 1 million de sapins artificiels sont vendus en France.

 Le sapin artificiel en plastique

S’il a le mérite d’être réutilisable plusieurs années, il faut conserver son sapin artificiel (en plastique) durant au moins 20 ans pour compenser l’impact environnemental de sa fabrication et de son transport. Il a le défaut d’être souvent fabriqué à l’autre bout du monde à partir de matériaux non recyclés (du plastique, donc du pétrole).

Le sapin naturel

Il faut savoir que des plantations de sapins sont faites spécialement pour Noël et que 80% des sapins vendus en France sont cultivés dans l’Hexagone

. Evitez le flocage simulant la neige artificielle car elle est souvent réalisée avec des produits chimiques, libérant ainsi des polluants dans l’air de la maison ; en outre, ce flocage ne permet pas au sapin d’être broyé ou composté après les fêtes

. Labels : il en existe plusieurs dont le label MPS (Pays-Bas) ou le label « Plante bleue » attribué par l’association française des sapins de Noël aux producteurs adoptant des pratiques plus respectueuses de l’environnement.

. Il existe également des sapins naturels bio, cultivés en Ariège !

L’idée de Lucie : le sapin de Noël artificiel en bois

. À confectionner soi-même à partir de bois flotté.

. À acheter une bonne fois pour toutes chez un fleuriste qui a de l’idée. J’ai trouvé le mien ainsi et l’ai payé 50% moins cher à seulement quelques jours de Toulouse. Notre sapin est en écorces de bois tenues par des agrafes et nous sommes ravis de son joli aspect original!

Illuminations : décorez autrement et consommez moins

. Les ¾ des consommations des illuminations de Noël sont liés à la consommation des ménages et ¼ à la consommation des collectivités

. Lors de l’achat, privilégiez les guirlandes à leds qui consomment peu d’électricité (jusqu’à 95% de moins que les anciennes !) et pensez à les éteindre dès que vous n’en profitez pas : avant d’aller vous coucher et durant la journée.

. Il existe également, depuis peu, des guirlandes solaires (autonomie : 6 heures)

. N’abusez pas des décorations électriques et faites appel à votre créativité pour décorer : allez chercher des pommes de pin et des branchages en forêt ou allez consulter les tutoriels présents sur les blogs ou les réseaux sociaux (Pinterest, Instagram). En photo ci-dessous : une guirlande faite d’une orange tranchée et séchée à 100°C au four. Très joli et très simple à réaliser.

déco de noel écolo

Déplacements : optimisez les trajets

. Si possible, préférez le train à l’avion ou à la voiture

. Si vous utilisez votre voiture : faites du covoiturage avec des amis, modérez votre allure et adoptez une conduite souple. Une éco-conduite, c’est jusqu’à 40% de carburant en moins !

Offrez des cadeaux respectueux de l'environnement

. Des cadeaux robustes, utiles, qui durent longtemps, qui ne consomment pas ou peu d’énergie : évitez les derniers gadgets à la mode et préférez par exemple un stylo plume rechargeable ou un ordinateur labellisé « Energy Star » (50% d’économie d’énergie).

. Des cadeaux issus de la récupération : objets récup’art, vintage ; allez chiner chez Emmaüs ou dans les locaux de la Glanerie (la ressourcerie de Toulouse Métropole), par exemple !

. Des cadeaux d’occasion (vélo, console de jeu…), achetés sur Internet.

➔ Contrairement à une idée reçue, 72% des enfants de moins de 15 ans accepteraient de recevoir des cadeaux d’occasion ! (selon une étude ADEME).

. Des cadeaux dont la technologie ou la composition respectent l’environnement : calculatrice ou balises de jardin solaires, objets en bois labellisés FSC ou PEFC.

. Des cadeaux éco-labellisés : référez-vous principalement à l’écolabel français « NF Environnement » et à l’écolabel européen ; ils garantissent la qualité d’usage et la qualité écologique des produits ; exemple : les vêtements, les TV…

➔ Vous pouvez également vous fier à d’autres écolabels, comme Nordic Swan, par exemple (pas de substances chimiques, donc pas de composés organiques volatils dans l’air ambiant).

. Des cadeaux dématérialisés : chèques cadeaux, places de concert, bons pour des soins en institut…

. Des cadeaux « pédagogiques » ou véhiculant certains messages : jeux de sensibilisation à l’environnement, articles issus du commerce équitable, rollers…

. Pour les objets électriques et électroniques : pensez à offrir les piles ou les accumulateurs rechargeables

. Donnez la possibilité à la personne qui reçoit le cadeau de pouvoir l’échanger s’il ne lui plaît pas, pour éviter de remplir les placards d’objets inutilisés

. Emballages cadeaux : préférez des emballages en papier recyclé, papier kraft recyclable, ou en tissu (voir la méthode japonaise du furoshiki) ou des boîtes en bois plutôt que des emballages en papier métallisé ou contenant du plastique, difficile à recycler.

. Cartes de vœux : optez pour des cartes électroniques.

Repas de fêtes : des solutions simples

. Un chiffre important : l’alimentation représente 25% des émissions de gaz à effet de serre en France.

. Favorisez les aliments locaux et de saison : ils ne sont pas cultivés sous serre et ils font moins de kilomètres

un fruit importé hors saison par avion consomme pour son transport 10 à 20 fois plus d’énergie qu’un fruit produit localement acheté en saison

. Vos aliments peuvent également être bio et/ ou issus du commerce équitable

. Si vous êtes en manque d’inspiration pour vos repas de fêtes, consultez les recettes confectionnées par des grands chefs, sur les sites de l’ADEME, de l’association « Bon pour le climat » ou via l’application Etiquettable.

. Réduisez le gaspillage alimentaire, notamment en préparant les justes quantités et en cuisinant les restes : le pain dur devient du pain perdu, les fruits mûrs des compotes…

. Optez pour de la vaisselle traditionnelle : nappes et serviettes en tissu, verre en verre… Evitez les nappes en papier et la vaisselle jetable.

Après les fêtes, revalorisez vos déchets

. Triez vos déchets : les emballages en papier (sauf les emballages en papier métallisé ou contenant du plastique) et en carton, les bouteilles en verre…

. Faites du compost avec les déchets organiques.

. Déposez à la déchèterie les déchets encombrants et le sapin de Noël (ou replantez le !)

. Donnez les vieux objets remplacés par vos derniers cadeaux à des associations caritatives : Emmaüs, Réseau des ressourceries et recycleries (la Glanerie), Secours populaire…

Pour en savoir plus :

Comment avez-vous choisi de passer Noël ?

Partagez avec nous vos pratiques écolos pour les fêtes de fin d'année!

Retrouvons-nous sur Instagram, Twitter et Facebook pour encore plus de partages #jedeviensécolo !