J’ai lu Le restaurant de l’amour retrouvé, j’ai pleuré et adoré. Certes, c’est un roman plus qu’un livre dédié à l’écologie, mais vous allez voir que les thèmes ne sont pas si éloignés. 

L’histoire

Rinco, une jeune japonaise, rentre du travail pour trouver son appartement complètement vidé par son petit-ami. Pas un mot ni un couteau de cuisine, il n’a rien laissé. Rinco en perd sa voix. Démunie, elle prend la direction de son village natal, en bus. Dans les montagnes, sa mère l’accueille et lui prête de l’argent pour qu’elle monte son restaurant. Rinco s’investie alors corps et âme pour ce petit établissement à une seule table où elle prépare des mets au goût exceptionnel, qui ont un puissant effet sur les convives. Pas une seule personne ne ressort du restaurant inchangée, et très vite l’adresse connaît le succès. Mais la jeune femme sera aussi confrontée à sa génitrice qu’elle n’apprécie guère…

Mon expérience de lecture

J’ai ressenti beaucoup d’émotions avec ce livre. D’abord, un peu d’agacement quant au caractère de Rinco devenue muette mais qui pensait toujours beaucoup (propos que l’on peut lire) et d’une façon très « japonaise », oserais-je dire. Très peu sûre d’elle, elle se place souvent en victime, comme lorsqu’elle dit : « Imaginez, c’était un précieux souvenir que lui avait laissé sa Siñorita bien-aimée. Moi qui n’étais pas de bonne famille, je ne pouvast pas accepter un tel cadeau. »

Mais cet agacement passager a laissé place à mon admiration pour la poésie de l’auteure. Ce roman doit être particulièrement bien traduit car la langue d’arrivée est belle et gracieuse.

J’ai complètement plongé dans l’histoire de Rinco qui monte son restaurant et cuisine d’une façon slow food. Cette fille a un don pour la cuisine, un don presque surnaturel et elle emploie tout son temps à cuisiner. Le soir, elle pétrie un pain fait avec un levain de pommes tapées qu’elle a ramassées. Le matin, au levé du soleil, elle l’enfourne.

Rinco nous rapproche des aliments bruts, de la nature. Passons-nous suffisamment de temps en cuisine? Respectons-nous les aliments? La terre? Les agriculteurs? De part sa façon de faire, elle incite le lecteur à reconsidérer sa nourriture.

Malgré le temps passé en cuisine, c’est aussi un roman sur le lien mère-fille. Leur histoire m’a beaucoup touchée mais je ne peux rien dire au risque de tout révéler. Je vous conseille vivement de mettre le nez dans Le restaurant de l’amour retrouvé, d’autant qu’il est très rapide à lire. Peut-être que comme moi vous serez touché par ce roman et votre esprit planera un instant, un peu mélancolique, après l’avoir terminé.

 

Vous l’avez lu? Dites-moi ce que vous en pensez!

 

Retrouvons-nous sur Instagram, Twitter et Facebook pour encore plus de partages #jedeviensécolo !


Lucie Paimblanc

Blogueuse engagée et gourmande. Journaliste touche-à-tout. Auteure de ce blog bienveillant qui t'aide à devenir écolo et réduire tes déchets sans douleur.

Privacy Preference Center